Retour en arrière

e-mergence - Savoir ce que l'on voit, dire ce qu'on en pense. Pas si simple.

Anna Ramazzotti

Anna Ramazzotti

Praticienne énergétique, Psychopraticienne,
Voir la fiche du thérapeute
Thérapie énergétique Voir les articles de ce tag
e-mergence

Contenu

Temps de lecture 2 minutes Savoir ce que vous voyez, dire ce que vous pensez. . Il simple et évident n'est-ce pas?! Pourtant, de nombreuses expériences ont montré que les individus, sous l'effet du conflit cognitif donné par l'importance numérique de la majorité, l'unanimité de la majorité, le soutien social ou le consensus de la majorité, se soumettent à ce que le groupe dicte ... au détriment du bon sens!

Savoir ce que l'on voit, dire ce qu'on en pense. Pas si simple.

Vous reconnaissez-vous? Pensez-vous que vous y êtes immunisé?

Voyons ensemble l'expérience du psychologue américain Solomon Asch, publiée en 1951, qui étudie le pouvoir de conformité sur les décisions d'un individu au sein d'un groupe.

.

Chaque participant était invité à prendre place dans une salle pour participer, avait été informé, à une expérience de perception visuelle.

.

Dans la salle, il y avait déjà sept autres complices de l'expérimentateur. Le participant était positionné de manière à être le dernier à répondre aux questions posées.

.

Les participants ont reçu deux images: une première avec une seule ligne et une seconde avec 3 lignes. Ils devaient indiquer laquelle des 3 lignes avait la même longueur que la première. Les bonnes réponses étaient faciles et évidentes à donner.

.

Au début de l'expérience, les complices ont donné la bonne réponse et les participants ont également donné la bonne réponse plus de 99% du temps.

.

Au bout d'un moment, les complices ont parfois donné à l'unanimité la mauvaise réponse. Dans ces cas, le taux de réponses incorrectes des participants était de 33%.

Par conséquent, sans coercition, récompense ou punition, les gens ont tendance à «se conformer» à la majorité tout en ayant personnellement une opinion différente, ce que l'on a appelé «l'effet Asch». "

Pour ceux qui refusent de le croire, cette expérience a été maintes fois répétée, même par le célèbre Milgram, et avec différentes variantes afin de déterminer l'influence de facteurs tels que le nombre de complices, le nombre de participants naïfs, la difficulté ou l'ambiguïté de la tâche, hommes vs femmes, personnalités, participants appartenant à des sociétés individualistes vs collectivistes.

.

Nous nous intéressons ici à l'origine inconsciente des mécanismes qui génèrent la conformité

✅ Anxiété; sentiment de peur de la désapprobation des autres

✅ sentiment d'avoir tort par rapport au groupe.

✅ ajustement pour éviter d'être exclu du groupe, malgré la connaissance que le groupe a tort.

.

Et nous entendons accompagner vers une plus grande, jusqu'à la totale liberté de pensée et d'actions.

Thèmes

Informations à la une

Nos articles à la une

Voir tout nos articles